Organisez-vous bien et protégez votre argent en cas de séparation

Vous partez évidemment du principe qu’amour rime avec toujours, mais les chiffres montrent qu’il en va autrement. Une séparation fait mal, mais vous pouvez éviter bien des souffrances (financières) à condition de vous organiser à l’avance.

Un couple sur deux se sépare. Voilà pourquoi il faut prendre des dispositions claires en cas de séparation éventuelle.

Et ils vécurent heureux jusqu’à la fin des temps... malheureusement la vie n’est pas toujours un conte de fées. Les statistiques sont plutôt déprimantes : un couple sur deux se sépare. Une personne qui se marie aujourd’hui a 50 % de chances d’être séparée à 50 ans. Avec 26 145 séparations par an, la Belgique est un des champions du divorce en Europe. Seules la Lituanie et la Lettonie font mieux – ou pire. Près d’un divorce sur quatre tourne en plus au pugilat d’après les chiffres du SPF Statistiques et l’étude « Séparations en Flandre » de l’université d’Anvers.

Et si? Parlez-en à temps

Avez-vous réfléchi aux conséquences financières d’une séparation? Certains des choix de vie que vous avez faits peuvent avoir de sérieuses conséquences financières. Les chiffres sont très clairs : 38 % des isolés risquent de tomber dans la pauvreté et 80 % des parents isolés sont des femmes, d’après la Fondation Roi Baudouin.

Une séparation est déjà suffisamment pénible pour ne pas devoir s’inquiéter en plus de ses finances. Voilà pourquoi il vaut mieux détailler ce qui arrivera en cas de séparation avant de cohabiter ou de se marier. Qu’adviendra-t-il de la maison? Comment partagerez-vous votre capital commun? Les bons comptes font les bons amis, et vous devez faire en sorte de ne pas vous réveiller avec une gueule de bois financière. La forme de cohabitation que vous aurez ou avez choisie est très importante à cet égard.

Que vous cohabitiez (avec ou sans contrat de cohabitation) ou que vous vous mariez (avec ou sans contrat de mariage) : la forme de cohabitation que vous choisissez peut avoir de lourdes conséquences. Ne décidez rien sans être bien informé. Vous pouvez aussi vous adresser à Immotheker Finotheker pour avoir un avis financier sur cet aspect personnel de votre vie.

Organiser votre séparation via un médiateur peut coûter plusieurs centaines, voire plusieurs milliers d’euros en moins qu’en passant par le tribunal.

N’en faites pas un pugilat

Les cohabitations légales ont le vent en poupe. Entre 2006 et 2013, le nombre de personnes ayant conclu un contrat de cohabitation est passé de 35 000 à plus de 80 000. Mais le nombre de séparations a également augmenté : près de la moitié des cohabitants se séparent. Depuis 2006, le nombre de séparations a presque quadruplé, ce qui représente une forte hausse. Dans la pratique, il peut être assez compliqué de mettre fin à un contrat de cohabitation vu les formalités à accomplir. Il vaut mieux s’adresser à un médiateur qu’à un juge, un accord étant bien moins onéreux qu’une action en justice. Devant le juge, vous êtes belliqueux car vous voulez avoir le droit de votre côté. Ce processus suscite des conflits au lieu de les résoudre. En outre, il consomme énormément d’énergie et d’argent, bien plus que les 3 500 à 6 000 euros que vous payerez pour une séparation via un médiateur. Si vous êtes légalement marié aussi, la séparation via un médiateur est une procédure moins coûteuse qu’un divorce prononcé par un tribunal.

VENEZ DISCUTER AVEC NOS EXPERTS

Je scheiding regelen via bemiddeling is honderden tot duizenden euro’s goedkoper dan een vechtscheiding via de rechtbank.

Maak er geen vechtscheiding van

Wettelijk samenwonen zit nog altijd in de lift. Tussen 2006 en 2013 steeg het aantal personen die een samenlevingscontract afsloten van 35.000 tot ruim 80.000. Maar tegelijk stijgt ook het aantal relatiebreuken: bijna de helft van de samenwoners gaat uit elkaar. Sinds 2006 is er bijna een verviervoudiging van het aantal breuken, een forse stijging. In de praktijk blijkt het vrij moeilijk te zijn om een samenlevingscontract te beëindigen, door de formele manier waarop dat nu moet gebeuren. Je kan beter naar een bemiddelaar stappen dan naar de rechter, een bemiddelde overeenkomst is altijd beter dan een procedure voor de rechtbank. Voor de rechter verschijn je in strijdmodus, met argumenten om je gelijk te halen. Dat model genereert conflicten in plaats van ze op te lossen. Bovendien slorpt het tonnen energie en geld op, veel meer dan 3.500 tot 6.000 euro die je betaalt voor zo’n een bemiddelde scheiding. Ook als je voor de wet getrouwd bent, is de scheiding samen regelen via een bemiddelaar een veel goedkopere procedure dan een scheiding voor de rechtbank.


Prenez rendez-vous ici